Diagnostic immobilier : les réponses aux questions que vous pouvez vous poser !

À qui le confier ?
La fiabilité d’un diagnostic immobilier dépend surtout des compétences des diagnostiqueurs. Le diagnostiqueur doit notamment être certifié et avoir de solides connaissances dans le domaine. Il est important qu’il soit apte à faire une expertise des installations pour la vente du bien.

Le diagnostiqueur doit également être en mesure d’informer le vendeur et les futurs acquéreurs sur les travaux à réaliser. Il prend connaissance de la validité de son acte et la porte à la connaissance de ses clients.

Nous vous conseillons, cependant, de vous tourner vers un professionnel reconnu pour réaliser le diagnostic. Cela garantit la fiabilité des documents et facilitera la vente du bien. Pour trouver les meilleurs prix de diagnostic immobilier, n’hésitez pas à faire une comparaison.

Avant d’acheter, vous devez vous informer sur l’état général du bien. Cela vous donnera un aperçu des améliorations à réaliser et vous permettra d’avoir une estimation des coûts des travaux.

Pour ce faire, la législation française exige que le vendeur réalise un diagnostic immobilier. Il s’agit d’une étude permettant de vérifier la présence ou non de matériaux nocifs au sein de l’habitation. Nous vous listons ceux qui doivent absolument être réalisés pour la vente d’un bien.

  • Le diagnostic loi Carrez

Ce diagnostic permet de définir précisément la superficie et la surface du bien. Seul l’intérieur de la maison sera mesuré. En effet, la terrasse, le balcon, le garage et la cave ne sont pas pris en compte.

Il faut savoir que la hauteur sous plafond d’un bien doit faire au moins 1.80 m. Le diagnostic loi Carrez permet de vérifier cette mesure. Il est obligatoire avant la mise en vente d’une maison en copropriété ou d’un appartement.
Cependant, les maisons individuelles ne sont pas soumises à cette obligation. Si vous en possédez une, vous pourrez la vendre sans faire le diagnostic Carrez.
Une fois le diagnostic réalisé, vous obtenez un certificat l’attestant. Ce document est valable de manière permanente. Vous ne le faites donc qu’une seule fois.
Notez que la loi prévoit des sanctions pour les vendeurs qui ne se soumettent pas à cette obligation. Ils risquent notamment de voir la vente annulée.

  • Le diagnostic amiante

Ce diagnostic concerne les biens ayant obtenu un permis de construire avant le 1er juillet 1997. Tous ces logements doivent faire l’objet d’un diagnostic amiante. Il s’agit de neutraliser la présence d’amiante dans les parties privatives et les parties communes d’une copropriété.

Concrètement, le diagnostiqueur va analyser tout le bâtiment. Pour que le diagnostic soit reconnu, nous vous conseillons de vous tourner vers un professionnel expérimenté et certifié.
Sachez que le diagnostic amiante est valable pour une durée illimitée s’il a été réalisé après le 1er janvier 2013. Si vous l’avez fait avant cette date, vous devez prévoir un nouveau diagnostic avant la vente de votre bien.

  • DPE : diagnostic de performance énergétique

Le diagnostic performance énergétique concerne les équipements et le chauffage de la maison. Il permet d’identifier le besoin énergétique du bien. Les experts vont alors analyser les matériaux, le système de chauffage, l’isolation et la production d’eau chaude du logement. Le tout est calculé en kWh d’énergie primaire par m² et par an. Nous obtenons ainsi la consommation énergétique de l’habitation.

Proposer un logement avec de bonnes performances énergétiques facilite la vente ou la location.
Notez que le certificat de DPE a une validité de 10 ans. Si vous avez entrepris des travaux d’amélioration énergétique, pensez à refaire le diagnostic.

  • Le diagnostic plomb

Le diagnostic plomb est également connu sous l’appellation Constat de risque d’exposition au plomb ou CREP. Ce diagnostic concerne les logements construits avant le 1er janvier 1949.

Sachez que ce diagnostic a été mis en place compte tenu de la présence de plomb dans les peintures vendues avant 1949. Il y a alors des risques que des résidus de métal soient encore présents dans l’habitation. D’où la nécessité de faire un diagnostic plomb avant de vendre son bien.

  • Le diagnostic termites

Ce diagnostic concerne des zones géographiques précises. Le diagnostic termites est obligatoire uniquement s’il y a eu un arrêté préfectoral au sujet des termites. Aussi, tous les logements dans ces zones doivent faire l’objet d’une étude avant leur vente.

Notez que le document attestant la réalisation du diagnostic n’est valable que pour 6 mois. Si vous n’arrivez pas à vendre votre bien sur cette période, vous serez obligé de refaire le diagnostic.

  • Le diagnostic gaz

Ce diagnostic concerne les logements disposant d’une installation de gaz naturel vieille de plus de 15 ans. Il vise à confirmer le bon état des équipements, mais également leur conformité à la législation en vigueur.

Le certificat sera valable pour une durée de trois ans. Pour l’acheteur, le diagnostic gaz offre une certaine sécurité. Il lui prouve que les installations ne présentent aucun risque.

  • Le diagnostic électrique

Ce diagnostic n’est pas obligatoire pour les logements neufs ou récents. Il ne concerne que ceux dont l’installation électrique est vieille de plus de 15 ans.

Vous devez recourir à un professionnel dans le domaine pour le faire. Il vous remettra ensuite un certificat de conformité électrique. Celui-ci aura une validité de trois ans à partir de la date du diagnostic.
Notez cependant que vous n’êtes pas dans l’obligation de remettre les installations aux normes pour la vente. Le diagnostic permet juste de donner une idée de l’état des installations à l’acheteur. Il pourra lui-même entreprendre les travaux.
Néanmoins, des installations à risque pourraient influer sur le prix de vente du logement, surtout si vous le vendez en l’état. Alors, nous vous conseillons de revoir vos installations électriques si elles ne sont pas conformes aux normes.

  • Le diagnostic assainissement non collectif

Depuis le 1er janvier 2011, les propriétaires doivent fournir un diagnostic de contrôle de l’assainissement non collectif aux futurs acheteurs. Il concerne les biens qui ne bénéficient pas d’un raccordement au tout-à-l’égout.

Le diagnostic vise alors à vérifier que l’installation de collecte des eaux usées suit les normes en vigueur dans la propriété. Vous devez également faire un état de vos installations. Cela dépend surtout du type de construction.

  • Les diagnostics immobiliers facultatifs

Notez que certains diagnostics sont facultatifs.

C’est le cas pour la présence de mérules au sein du logement.
Le diagnostic Internet et mobile n’est pas obligatoire si vous vendez un bien.
Un bien avec une bonne performance de connexion internet avec les différents opérateurs attirera toujours les acheteurs.
Concernant les parties communes, le propriétaire a une obligation d’information envers les acquéreurs. Il doit faire un état des lieux et leur fournir les informations importantes. Divers documents sur les diagnostics techniques des parties communes doivent alors être mis à la disposition des acheteurs.
Si vous êtes le vendeur, rapprochez-vous du syndic de copropriété pour avoir ces documents.

Dernières actualités

Immobilier parisien : acheter à côté d'une école coûte-t-il beaucoup plus cher ? 9 juin 2021

Immobilier parisien : acheter à côté d’une école coûte-t-il beaucoup plus cher ?

Pour les familles, loger à proximité d’une école est souvent un critère... qui a son coût et qu’il faut prendre...

Réforme du DPE : ce qui va changer au 1er juillet 2021 22 avril 2021

Réforme du DPE : ce qui va changer au 1er juillet 2021

À partir du 1er juillet 2021, le DPE devient un outil privilégié au service de la baisse de la consommation...

« Les Champs des possibles » : poumon vert de la prestigieuse capitale française 25 mars 2021

« Les Champs des possibles » : poumon vert de la prestigieuse capitale française

Moins de voiture, plus d’espaces piéton, et surtout plus de végétalisation … le projet de rénovations es Champs-Elysées - la...

Consultez les archives